Laboratoire Société Environnement Territoire (SET)


Colloque Pratiques et Portée de l’Adaptation (2PAu)

 

Pratiques et Portée de l’Adaptation
Enjeux territoriaux ambivalents de la régulation environnementale

[Colloque 2PAu]

Colloque International 2PAu – 23 et 24 janvier 2014 – Pau (France)
organisé par le
laboratoire SET – UMR 5603 avec le soutien de la Région Aquitaine
  1. Programme
  2. Appel à communication
  3. Objectifs du colloque
  4. Organisation et soutien à la participation
  5. Informations pratiques
  6. Comités

Programme

 Telecharger le programme au format pdf

Vignette_progr_2PAu

Appel à communication

Telecharger l'appel à communication au format pdf

Modèle de soumission des résumés

La « question environnementale » est désormais installée au sein des agendas politiques, parmi les préoccupations des opinions publiques, et figure en bonne place dans les programmes de recherche, tant dans le domaine des sciences dures et des sciences du vivant que parmi les sciences sociales. Des initiatives transdisciplinaires ou interdisciplinaires[1] s’emploient même à interroger les frontières entre ces grands domaines scientifiques. L’objectif est de saisir au mieux les enjeux que recouvrent les changements environnementaux nécessairement pluriels (conjugués à des changements sociaux, politiques, démographiques, économiques, territoriaux, etc.). En particulier, la question de l’acceptation des politiques par les multiples acteurs qu’elles impliquent est considérée comme cruciale, que ce soit dans le champ de l’adaptation au changement climatique ou dans celui, d’apparence plus classique, de la prévention des désastres dits naturels. Une chose est sûre, « l’adaptation », souvent associée au « changement climatique », n’est pas qu’une affaire de rapport au milieu, mais relève d’un ensemble de rapports sociaux et spatiaux plus large et plus complexe. L’horizon des échanges dans lequel s’inscrit le colloque 2PAu correspond à une approche par les sciences sociales de la question environnementale et des changements qui l’accompagnent sur la base de territoires qui constituent de véritables enjeux socio spatiaux.

La notion largement mobilisée d’adaptation, ou encore celle de résilience, communes à l’analyse et à l’action, deviennent incontournables dans la reconnaissance et la gestion des défis socio environnementaux d’aujourd’hui et manifestement de demain. Une production scientifique importante traite désormais de ces notions, sous différents angles, et recouvre autant des écrits opérationnels et techniques que des critiques de la malléabilité voire de l’instrumentalisation de ces notions ainsi que des pratiques ambivalentes qu’elles sous-tendent. Certains pointent par exemple la redécouverte d’une analyse plus classique de géographie (Tabeaud, 2010), d’autres soulignent l’ambigüité des notions et la nécessité d’une critique préalable (Rebotier, López et Pigeon, 2013), d’autres encore s’emploient à circonscrire les usages des notions par souci de pertinence (Turner, Sous Presse).
 
Sans juger de leur objectivité, les changements environnementaux, la multiplication des catastrophes, les défis toujours plus impérieux que présentent les risques (et des nouveaux risques, notamment face aux défis énergétiques et climatiques), constituent un socle pour l’élaboration et la mise en place des politiques territoriales d’adaptation. Ce socle s’avère incontournable et légitime souvent l’action. Mais il se trouve également contesté dès lors qu’on adopte une posture réflexive, de mise en question des implicites, ou de retour sur les conditions des alternatives aux initiatives présentées comme un horizon ultime pour l’action. Ainsi, il est clair que ce ne sont pas les seuls changements du milieu physique qui sont en question, mais bien l’ensemble de changements sociopolitiques concomitants (sans présumer de la nature de leurs liens), intervenant dans les différents milieux géographiques et dans la production des territoires locaux, qui intéressent le colloque 2PAu. Au cœur de nos échanges, parmi les multiples ressorts des politiques environnementales appliquées aux territoires, nous porterons un regard de géographie sociale et politique sur leur élaboration, et notamment sur la manière dont elles se conjuguent à des rapports de pouvoir entre acteurs et territoires, i.e. sur des enjeux territorialisés de gouvernance multi scalaire. Nous mettrons également l’accent sur les implications des attendus et des ressorts de ces formes de régulation environnementale pour la production et la gestion des territoires.
 
Ces discours, ces politiques, ces pratiques et ces enjeux mobilisent des notions problématiques et ambivalentes (comme l’adaptation) qui sont d’autant plus remarquables qu’elles interviennent dans le contexte d’une question environnementale à l’aune de quoi nombre de problématiques sociales sont ramenées. Cette question pourrait par exemple se substituer aux grands récits de masse, en crise (le progrès, le développement – Innerarity, 2008), ou encore contribuer aux recompositions de l’action publique locale en France. Ainsi, il est crucial d’articuler les multiples ressorts de l’adaptation des territoires, des discours et des pratiques qui s’y rapportent à un contexte où « l’adaptation », « le changement climatique » ou encore les « défis » (climat ou énergie) président à nombre d’initiatives dont le bien-fondé et/ou la portée ne sont guère remis en question.
 
Dans ce cadre, le colloque 2PAu propose d’échanger autour des conditions qui définissent les contours de l’adaptation des territoires, ainsi qu’autour des spécificités territoriales et des pratiques réflexives particulières à certains acteurs ou groupes d’acteurs.
 
Nombre d’arrangements territoriaux émergent de caractéristiques locales (Berdoulay et Soubeyran, 2012). Mais ces degrés de liberté, de créativité ou d’initiative sont aussi fonction d’effets de pilotage par le haut (et par la norme) à travers l’environnement (Lascoumes, 1994). Les conditions et effets de contexte qui président à l’adaptation des territoires sont significatifs pour la façon dont s’élaborent, circulent et se déploient les initiatives d’adaptation sur les territoires. Au-delà, certains y voient même la marque d’un « nouveau moment de l’histoire collective » (Rumpala, 2010). Certes, cette tension que l’on caricature souvent en opposant un effet structurant déterminant à des émergences spontanées n’explique pas tout le poids de la régulation environnementale dans la production des territoires. En revanche son caractère ambivalent, éminemment politique, est incontournable pour comprendre, les logiques de l’adaptation des territoires, et peut-être l’expliquer de façon plus pertinente.
 
L’espace de débat du colloque 2PAu s’emploiera à lier les aspects les plus pratiques des initiatives d’adaptation territorialisées aux aspects plus conceptuels et enjeux épistémiques sous-jacents à la définition, à l’emploi et à la circulation de l’adaptation appliquée aux territoires.

Orientation du débat et perspectives

Si l’accent est mis sur les dimensions territoriales, d’aménagement et de rapport à l’espace, le colloque ne s’adresse pas aux seuls géographes pour apporter des éléments de réponses aux questions comme : quelles sont les conséquences pratiques des politiques d’adaptation en terme d’organisation de l’espace et d’aménagement ? En terme d’obstacles dans la mise en place, d’opportunités révélées, ou d’effets inattendus sur un territoire ? Quels regards porter sur ces politiques et initiatives si on les juge à l’aune de leurs implications territoriales et non à l’aune des desseins qui les portent ? Comment comprendre les décalages entre ce que promeuvent les politiques d’adaptation et leurs matérialisations territoriales ? Quels acteurs affichent quels objectifs d’adaptation ? Et même, les stratégies d’adaptation affichent-elles nécessairement le point d’arrivée ou ne se trouvent-elles pas parfois leur raison d’être dans le seul processus d’adaptation, le « comment » rendant le « pourquoi » inaudible ? Voilà autant de questions possibles auxquelles les propositions de communication pourront essayer de répondre. Afin d’orienter les propositions de communication, trois grands axes pourraient structurer les échanges des deux journées de colloque : 

1- Adaptations et territoires en France, expériences et approches
Les territoires locaux en France et la mise en place de stratégies d’adaptation (dans le cadre du Grenelle de l’environnement, mais pas exclusivement) ; pratiques et expériences de l’adaptation ; opportunités et obstacles rencontrés ; dynamiques et enjeux territoriaux, sociaux et politiques à l’aune des stratégies d’adaptation ; caractéristiques de la notion opérationnelle d’adaptation en France, et dans un contexte de recomposition des pouvoirs locaux.
 
2- Adaptations et territoires hors de France, expériences et approches
Pratiques et expériences d'adaptation dans d'autres contextes territoriaux, à l’étranger ; caractéristiques de la notion opérationnelle d’adaptation particulière à ces espaces ; caractéristiques des approches de la notion. Pour ces contrepoints étrangers, les propositions de communication devront mettre l’accent sur les spécificités (de tout type) liées à l’espace considéré. Des conditions structurantes, des arrangements locaux, ou des pratiques réflexives particulières aux espaces feront l’objet de débats.
 
3- Notions communes à l’analyse et à l’action pour des territoires en changement
Quels avantages ou inconvénients présente la notion d’adaptation pour saisir des territoires en changement par rapport à celles de résilience, de vulnérabilité, de transformation ? On pourra penser les territoires en changement, au regard de la question environnementale, sans restreindre l’horizon des notions à considérer. Il est possible d’interroger les cadres épistémologiques dans lesquels s’inscrivent les notions travaillées (et leurs implications pour les sociétés, leurs espaces et leur gestion), les interprétations qui en sont données, et les desseins éventuels que leurs différents emplois recouvrent. Ce dernier axe vise à identifier des conditionnements culturels et institutionnels qui contribuent à expliquer les décalages souvent observés entre les politiques et leurs mises en œuvre, parfois très conflictuelles. Il peut aussi servir à opérer un retour critique sur des notions de l’analyse et de l’action, à « réfléchir » les instruments de l’aménagement comme de la pensée, et à interroger les frontières des changements qui souvent s’imposent, sans critiques, aux territoires. 

Références citées

Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran, 2012, « Pratiques réflexives en aménagement, pour une adaptation aux changements environnementaux », L’Espace Géographique, n°2, 169-180.
Daniel Innerarity, 2008, Le futur et ses ennemis : De la confiscation de l'avenir à l'espérance politique. Climats, Paris.Pierre Lascoumes, 1994, L'éco-pouvoir. Environnement et politique. La découverte, Paris.
Julien Rebotier, Juanita López Peláez et Patrick Pigeon, 2013, « Las paradojas de la resiliencia: miradas cruzadas entre Colombia y Francia », Territorios, n°28, 127-145.
Yannick Rumpala, 2010, Développement durable ou le gouvernement du changement total. Le bord de l’eau, Lormont.
Martine Tabeaud, 2010, « Les adaptations au changement climatique ou la redécouverte des acteurs et des territoires », Quaderni, n°71, 7-25.
Matthew Turner, Sous Presse, « Political ecology I. An alliance with resilience? », Progress in Human Geography, doi: 10.1177/0309132513502770.

Soumission de propositions

Il est possible de communiquer sous la forme d’une intervention orale ou d’un poster. Le colloque 2PAu est libre d’accès et soutient la mobilité des communicants dans certains cas.

Date limite d’envoi des résumés (1 page) selon le modèle disponible ici :

22 novembre 2013

Adresse d’envoi des résumés : colloque2pau@gmail.com

Pour tous renseignements: julien.rebotier@cnrs.fr

Calendrier

Annonce des communications retenues et des soutiens offerts à la mobilité : à partir du 29 novembre 2013

Diffusion du programme définitif : 6 décembre 2013
 
Colloque 2PAu sur le campus de l’UPPA le jeudi 23 et vendredi 24 janvier 2014

[1] Colloque Interdisciplinarités entre Natures et Sociétés, 30 septembre – 5 octobre 2013, Cerisy (http://www.nss-dialogues.fr/Automne-2013-NSS-Dialogues); Colloque Penser l’écologie politique : sciences sociales et interdisciplinarités, 13 et 14 janvier 2014, Paris (http://events.it-sudparis.eu/ecologiepolitique/)

Retour menu


Objectifs du colloque

Après des rencontres sur l’adaptation tenues à Pau en décembre 2012 et plus orientées vers le dialogue entre universitaires et techniciens des collectivités territoriales, le colloque 2PAu de janvier 2014 s’adresse plus nettement au milieu de la recherche et vise à :

* Réunir chercheurs et doctorants afin d’échanger, de débattre, et de partager des résultats de recherche et des réflexions au-delà des enseignements du programme CESAR[1] de l’équipe paloise. Le programme Changement Environnemental et Stratégies d’Adaptation en Région est financé par le Conseil Régional d’Aquitaine. Il porte sur les politiques d’adaptation aux changements climatiques dans le cadre du Grenelle de l’Environnement. Il s’agit d’évaluer sur les territoires l’appropriation des dispositifs et des objectifs descendants d’adaptation, et de lier ces derniers à des initiatives et formes d’arrangements locaux.
 
* Tisser des liens entre les différents interlocuteurs académiques rencontrés indépendamment durant la recherche, et en créer de nouveaux grâce aux contributions et collaborations extérieures.
 
* Diffuser et valoriser les recherches et réflexions présentées de deux manières :
  • Les communications (posters et résumés) seront mises en ligne sur la page du labo SET (programme CESAR) à l’issue du colloque 2PAu.
  • Un comité éditorial sélectionnera des communications orales pour obtenir des papiers complets afin de participer à la publication d’un ouvrage thématique ciblé, reflet des échanges du colloque et des travaux du programme CESAR.
 
* Entamer une transition des travaux et réflexions vers de nouvelles initiatives de recherche portées par le laboratoire SET – UMR 5603 à compter de janvier 2014. Parmi celles-ci, on compte notamment le programme Accompagner les Changements vers des Territoires Résilients (ACTER) plus largement ouvert sur la diversité des changements territoriaux et les enjeux dont fait l’objet la « résilience des territoires » au regard des risques contemporains liés aux défis énergétiques et climatiques.


[1] Changement Environnemental et Stratégies d’Adaptation en Région (CESAR) : programme de recherche financé par le Conseil Régional d’Aquitaine, portant sur les politiques d’adaptation aux changement climatiques dans le cadre du Grenelle de l’Environnement. Il s’agit d’évaluer sur les territoires l’appropriation des dispositifs et des objectifs descendants d’adaptation, et de lier ces derniers à des initiatives et formes d’arrangements locaux (Site Internet : Programme CESAR).

 Retour menu

 

Organisation et soutien à la participation

Frais d'inscription

Le colloque 2PAu est libre d’accès grâce au soutien de la Région Aquitaine. Afin de vous recevoir au mieux, merci à ceux qui ne souhaitent pas communiquer, mais seulement assister au colloque 2PAu de nous l’indiquer à l’adresse colloque2pau@gmail.com.

Calendrier

Réception des résumés : 22 novembre 2013

Annonce des communications retenues et des soutiens offerts à la mobilité : à partir du 29 novembre 2013

Diffusion du programme définitif : 6 décembre 2013

Repas

Les participants au colloque (communicants, mais aussi auditeurs) sont invités au cocktail dînatoire du jeudi 23 janvier qui se déroulera dans l’espace d’exposition des posters. 

Les communicants sélectionnés pour leur contribution (orale ou poster) sont invités aux déjeuners des 23 et 24 janvier.

Soutien à la participation

L’organisation du colloque souhaite encourager les doctorants et jeunes docteurs sans affiliation ou dont les institutions de rattachement ne permettent pas de soutenir les mobilités à communiquer au colloque 2PAu. Dans ce cas, merci de compléter votre candidature à un soutien à la mobilité à la suite de la page de résumé. Le soutien dépendra du budget, même modeste, que nous tâcherons de dégager.

Retour menu

Informations pratiques

Plan d'accès, lieu du colloque

Venir à Pau en train

Paris - Pau le mercredi 22 janvier : 8h28- 14h02 ou 14h28-20h02 ou 16h04-22h06
Pau - Paris le vendredi 24 janvier : 16h49- 22h33 ou 21h54-07h18
Bordeaux - Pau le mercredi 22 janvier : 11h51-14h02 ou 17h51-20h02 ou 19h47-22h06
Pau - Bordeaux le vendredi 24 janvier : 16h49-19h09
Toulouse - Pau le mercredi 22 janvier : 12h36-15h02 ou 16h04-22h06
Pau - Toulouse le vendredi 24 janvier : 16h49-23h44
Puis Ligne 2 (T2), arrêt Université ou taxi.

Venir à Pau en avion

Paris - Pau le mercredi 22 janvier : 17h15-18h35 ou 20h10-21h35 ou 20h45-22h05
Paris - Pau, le jeudi 23 janvier : 7h10-8h30
Pau - Paris le vendredi 24 janvier : 19h20-20h40
Puis Ligne 20, arrêt Université (départ toutes les heures) ou taxi.

Manger sur le campus

- Sur le campus (voir plan ci-dessus) : 2 restaurants universitaires (La Vague #11 et L’Oasis #9) et une cafétéria (L’Arlequin #10).
- Proche du campus : Un fast-food et la cafétéria Casino (Centre Commercial UNIVERDIS sur la carte du campus). 

Manger au centre-ville de Pau

Vous trouverez votre bonheur autour de la place Clémenceau dans l’un des restaurants qui proposent des plats de différents pays et à différents prix. 
Pour s’y rendre en transport en commun, prenez le bus direction Les Halles et Pôle Bosquet.
Voir la carte des lignes sur
http://www.reseau-idelis.com/affichage.php?id=753 

Dormir à Pau

Comités

Comité scientifique

  • Vincent Berdoulay, Professeur des universités, UPPA, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Christine Bouisset, Maître de conférences, UPPA, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Marion Charbonneau, Maître de conférences, UPPA, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Sylvie Clarimont, Maître de conférences, UPPA, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Michelle Dobré, Professeure de sociologie, UNICAEN, équipe CERReV EA 3918 (Caen France)
  • Marie-José Fortin, Professeure de géographie, UQAR, département Sociétés Territoires et Développement (Rimouski – Québec)
  • Sébastien Hardy, Chargé de recherche, IRD, labo PRODIG – UMR 8586 (Paris – France)
  • Daniel Innerarity, Professeur–Chercheur Ikerbasque de philosophie, UPV (San Sebastien – Espagne)
  • Francis Jauréguiberry, Professeur de sociologie, UPPA, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Patrick Pigeon, Professeur des universités, Universités de Savoie, labo EDYTEM – UMR 5204 (Chambéry – France)
  • Julien Rebotier, Chargé de recherche, CNRS, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Denis Salles, Professeur de sociologie, IRSTEA (Bordeaux – France)
  • Olivier Soubeyran, Professeur de géographie, UJF – IGA, labo PACTE – UMR 5194 (Grenoble – France)
  • Martine Tabeaud, Professeure de géographie, Université Paris 1, labo ENeC – UMR 8185 (Paris – France)

Comité d'organisation

  • Marion Charbonneau, Maître de conférences, UPPA, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Gaëlle Delétraz, Ingénieure d'études, UPPA, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Pierre-Yves Heurtier, Ingénieur d’études, CNRS, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Sylvain Marty, Gestionnaire technicien de recherche CNRS, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)
  • Julien Rebotier, Chargé de recherche, CNRS, labo SET – UMR 5603 (Pau – France)

 Retour menu